Noosa

Il nous faut faire 4h de bus pour rejoindre Noosa. Noosa est une station balnéaire huppée du Queensland. Elle est réputée pour son parc naturel entre océan et rivière. Je passerai 2 jours à Noosa.

Le premier jour, je visite les « Everglades » australiennes. C’est une journée assez tranquille, on vient me chercher vers 10h, puis nous rejoignons la Noosa River à 10h30.

Départ en bateau, au début on peut observer sur les rives de belles demeures, comme je l’ai dit plus haut, c’est une station balnéaire huppée, on passe d’ailleurs près de la maison de vacances de Richard Branson ( patron de Virgin) ou plutôt de l’île avec environ 20 petites maisons dans le style balinais.

Nous continuons tranquillement à remonter la rivière, parfois nous traversons des lacs, finalement au bout d’une heure nous rejoignons le départ de la balade en canoë. Mais d’abord un petit déjeuner, gâteau et thé. Puis nous constituons les équipes, je serai dans le canoë avec deux Allemands que je connais déjà, nous étions ensemble sur Fraser Island. La balade est sympa, mais j’avais oublié comment le canoë peut être dur, le kayak est un peu plus facile, enfin, je pense.

Finalement après les efforts, le réconfort, une bonne bière bien fraîche et un BBQ.

Nous décidons également de faire le retour en canoë, tout le monde ne l’a pas fait, en plus on est à contre-courant et face au vent, mais apparemment on a été plutôt bon, dixit le capitaine du bateau.

Question paysage je ne trouve pas que ça ressemble aux Everglades de la Floride, mais c’est joli quand même. Ce fut une bonne petite journée et en plus avec des personnes que je connaissais.

Le deuxième jour je vais aller me balader dans la partie côtière du parc national de Noosa. Il me faut presque autant de temps pour rejoindre le parc et faire ensuite la balade côtière.

La balade longe plusieurs baies dans lesquelles il y a de nombreux surfeurs, ainsi on voit de nombreux surfeurs sur la première partie de la balade qui n’hésite pas à faire 1 ou 2km de marche pour trouver un bon spot de surfs.

D’après de nombreuses personnes, je devrais voir beaucoup d’animaux tout au long de la balade, dauphins, baleines… Mais je ne dois pas être chanceuse en ce moment, car à part des baleines au loin (très loin) je ne vois pas grand-chose à part des dindons, même pas un koala.

Le retour, je le fais par le centre du parc, c’est différent de la balade côtière, mais c’est plus sympa que de revenir par le même chemin.

À la fin, je presse un peu le pas, les nuages commencent à devenir menaçants, d’ailleurs il se mettra à pleuvoir sur le chemin de retour vers l’auberge.

Brisbane

C’est le départ pour Brisbane, malheureusement j’ai eu du mauvais temps, je n’ai dons pas pu en profiter pleinement et je crois que j’avais aussi besoin de repos. Par contre j’en ai profité pour décider de la suite de mon programme et surtout je vais rester plus longtemps que prévu en Australie. J’ai également fait réparer mon téléphone, après 2 mois avec un écran qui pouvait rester gelé pendant plusieurs jours, ça fait du bien d’avoir un nouveau téléphone.

Mais je ne vais pas ne rien faire, je vais au Lone Pine Koala Sanctuary, une sorte de réserve pour les koalas, c’est d’ailleurs la plus vieille d’Australie. Il me faut faire 45 minutes de bus pour y arriver, ce n’est pas très loin, mais avec la circulation ça prend vite du temps.

Sur place, je me fais photographier avec les koalas, c’est un peu cher, mais c’est tellement mignon et ce sera sûrement la seule fois de ma vie donc j’en profite. Puis je me suis dirigé vers les kangourous, finalement après 3 semaines en Australie, je suis capable d’en voir. C’est assez marrant de pouvoir les nourrir et ça, ce n’est pas trop cher (2$), on peut vite être entouré par 4-5 kangourous qui vont limite fouiller dans ta poche pour trouver la nourriture.

Après ça je me suis baladée dans le parc à la découverte des koalas et autres espèces endémiques en évitant soigneusement les serpents malheureusement au moment de repartir je suis tombée sur le show des serpents : bien sûr ces animaux là, je les vois!!!

Byron Bay

Après Brisbane, je pars direction Byron Bay, je quitte temporairement le Queensland pour le New South Wales. Je vais passer 2 nuits et 1 journée et demie à Byron Bay. Malheureusement, le temps n’est pas vraiment avec moi et il pleut donc la première après-midi je ne fais pas grand-chose à part me balader un peu dans la ville. Byron Bay est connue pour être le paradis des surfeurs, une ville un peu « hippie bohème ». C’est la décontraction assurée avec des gens qui marchent pieds nus et pas mal de dreadlocks.

C’est d’ici en autre que vient l’image du surfeur avec ses planches sur le toit du combi Volkswagen.

Par contre le lendemain il fait un temps splendide j’en profite donc pour faire une balade qui me mène au cap Byron et au phare : c’est d’ailleurs le phare le plus puissant d’Australie, il est installé depuis 1901 je passe également par le point le plus à l’est de l’Australie continentale.

Je reviens en ville en début-milieu d’après-midi, je déjeune donc tardivement avant de de nouveau me balader et de retourner à mon auberge.

Moreton Island

Puis le lendemain c’est le retour vers Brisbane, il me reste une journée avant de prendre l’avion vers Adélaïde, je me décide pour Moreton Island.

C’est la troisième plus grande île de sable du monde. Elle a bien sûr été découverte par James Cook (comme à peu près tout le Queensland) et se situe au large de Brisbane, à la limite de la baie de Moreton.

Le départ est à 7h du matin, il faut environ 30 minutes depuis le centre de Brisbane pour rejoindre le port, puis encore 1h30 à bord du ferry pour rejoindre Moreton Island. Nous débarquons juste à côté de Tangalooma, le principal resort de l’île et à côté des épaves.

Nous récupérons notre véhicule, un camion 4×4 transformé en bus et prenons la direction du centre de l’île : Le désert pour une séance de sandboarding. Je n’ai fait que 3 descentes, les remontées sont horribles, en même temps c’est sur Moreton Island que se trouve la plus haute dune du monde. Mais j’ai été la plus performante, je suis allée le plus loin.

Bien sûr, on a du sable partout, chaussures, poches de pantalon, bouche et mêmes les oreilles…

Pour le déjeuner, nous retournons sur la plage où nous attendent des wraps, une petite pause bienvenue.

L’après-midi, nous restons sur place pour faire du kayak et du snorkeling autour des épaves. Ces épaves ont été coulées pour créer un récif artificiel et une biodiversité exceptionnelle.

La particularité des kayaks que nous utilisons c’est qu’ils sont transparents, donc on peut voir comme dans un bateau à fond de verre. Nous faisons donc le tour des épaves avec, il y a du courant, donc c’est parfois un peu difficile, mais c’est marrant.

Puis c’est le snorkeling, il faut rejoindre les épaves à la nage, il y a du courant donc c’est dure, mais ça vaut vraiment le coup, il y a beaucoup de poisson, je n’en avais jamais vu autant!!! En plus, le fait de nager près et au-dessus des épaves est aussi une expérience surprenante : je n’avais jamais fait ça. Le retour est encore plus difficile, on est fatigué et le courant est encore plus fort, mais nous finissons par rejoindre la plage.

Il est l’heure de repartir, le ferry est là. C’était une très bonne journée, mais il vaut mieux, je pense, y rester au moins une nuit pour en profiter plus et surtout faire l’activité phare de l’île : donner à manger au dauphin.

De retour à Brisbane, il faut refaire le sac, j’ai un vol matinal pour Adélaïde et de nouvelles aventures à suivre.

Pour plus de photos, c’est par ici.