Arrivée en fin d’après-midi le 8 à Lima après 12h30 d’avion, je rejoins le guide et le chauffeur (Dennis et Miguel). Nous avons 2h à attendre, car le groupe arrive sur un autre vol. Nous discutons de tous et de rien, j’essaye avec peu de succès de reparler espagnol!!!! Entre temps, nous sommes rejoints par Gwen, un Français, correspondant pour l’agence locale qui fera le voyage durant une semaine avec nous.

Ensuite direction Miraflores, un quartier de Lima où se trouve notre hôtel. Je ne vois pas grand-chose de Lima, je suis tellement crevé que je me couche immédiatement.

Lundi, levé à 5h du matin pour un départ à 6h. Début du voyage sur la célèbre Panaméricaine (route qui traverse l’Amérique de l’Alaska à la Terre de Feu) jusqu’à Paracas et les îles Ballestas.

Après 4h de route, nous arrivons au port de Paracas afin de prendre un bateau et de faire le tour des islas Ballestas.

Ce sont des îles avec une faune riche, manchots, cormorans, otaries, lions de mer, pélicans… Cela est dû à la rencontre du courant Humboldt (froid) qui vient de l’Antarctique et d’El Niño qui vient de l’Équateur.

À midi, découverte d’un plat régional, le ceviche, poisson et fruit de mer à peine cuit (limite crue) qui sont marinés dans un jus de citron vert très acide avec des oignons et du maïs.

L’après-midi nous reprenons la route vers Ica afin de visiter un vignoble. Au programme, explication de la fabrication du Pisco et dégustation : du Pisco pur (pas terrible!!!), du vin sucré (moyen), un cocktail à base de Pisco avec du jus de citron et du sucre de canne, celui-là est vraiment très bon et nous terminons par une crème de Pisco, très bonne aussi.

Nous reprenons une dernière fois la route pour atteindre l’oasis de Huacachina, où nous avons notre hôtel. Nous prenons quelques minutes pour prendre possession de notre chambre avant de ressortir et de prendre un buggy qui nous permet de sillonner à souhait les dunes du désert voisin. 

Nous avons un chauffeur un peu fou fou !!!, en voulant nous procurer des sensations fortes, le buggy s’est retrouvé bloqué en travers de la pente, interdiction de bouger sous peine de basculer… Après quelques minutes à déblayer, nous avons fini par repartir en arrière et continuer notre périple au milieu des dunes. Nous en avons profité pour nous adonner au « surf des sables » enfin plutôt « luge sur sable »!!! Pas envie de se casser une jambe!!!

Mardi 10 juillet, départ pour Nazca afin de survoler en avionnette les lignes de Nazca.

En chemin, nous nous arrêtons à un mirador pour découvrir les mystérieuses lignes de Nazca: l’arbre ou les racines, la main à 4 doigts et le lézard qui, pour la petite histoire, a eu la queue coupée par le tracé de la panaméricaine.

Ensuite, direction l’aérodrome de Nazca pour une longue attente presque 4h. Il faut avoir l’autorisation de l’aviation civile pour décoller. À 12h51 précise, nous décollons enfin, nous sommes six dans un avion, type Cesna: le pilote, le copilote qui fait office de guide et 4 touristes. Nous voilà, parti pour 30 min de voyage mouvementé, il faut avoir le coeur bien accroché, un conseil : évitez de manger avant!!!

Le pilote fait tourner l’avion de gauche à droite afin que tout le monde puisse bien voir ces figures zoomorphes et géométriques atteignant 15 à 300m de long et qui intriguent toujours les spécialistes.

Après ces émotions fortes direction le centre-ville de Nazca pour un repas bien mérité, dégustation de 2 boissons locales : le jus de maracuya (un fruit de la passion) et la chicha morada (boisson sucrée à base de maïs violet et de cannelle). Pour le repas: cochon grillé.

Avant de nous diriger vers Chauchilla, petite incursion dans le centre de Nazca au marché pour acheter quelques fruits, la vitamine C étant un remède contre « le mal des montagnes ».

Nous reprenons le bus pour environ 30 min afin de nous rendre à Chauchilla et de visiter le vaste cimetière perdu au milieu du désert. Ce cimetière expose dans des tombes à l’air libre des momies, des crânes, des os, des chevelures, des céramiques…

Dernier 1/4 d’heure de route pour rejoindre l’hacienda (wasipunko lodge) où nous dormons. Pour le repas, nous avons le droit à « La Pachamanca » signifiant « marmite de terre » en quechua. C’est une sorte de barbecue disposé dans le sol. On creuse un trou, on allume un feu de bois dans le fond, on ajoute de grosses pierres et on attend qu’elles soient très chaudes. Puis on ajoute des viandes que l’on accompagne de maïs, patates douces, pommes de terre, fromage… On enveloppe le tout dans des feuilles de bananiers et on rebouche, il n’y a plus qu’à attendre que cela cuise. (3h de préchauffage et 2h de cuisson).

Mercredi 11 juillet, c’est 11h de route qui nous attendent. Le long de la côte Pacifique sur la panaméricaine de Nazca à Arequipa. 

Avant de partir, petit tour de l’hacienda, pour voir le vignoble, le coton, les champs de cactus et enfin les coqs de combat.

Premier arrêt de la journée pour se dégourdir les jambes à Yauca, région de l’olive. Le deuxième arrêt se fait sur une plage du pacifique pour communier avec la terre et la mer. L’occasion de tremper un orteil dans le Pacifique : nous confirmons : Està frío!!!!!

Entre temps nous avons le droit à un petit cours de géographie péruvienne avec Dennis, notre guide.

Trajet encore plus long avec les travaux, nous étions parfois arrêtés pendant 30min, l’occasion de prendre des photos.

Enfin, au loin sous le soleil couchant nous voyons les volcans au pied desquels se trouve la ville d’Arequipa, notre destination pour la nuit.