Il nous faut faire 8h de voiture pour rejoindre le plateau de Dieng depuis Pangandaran. Le plateau de Dieng qui veut dire « Au-dessus des dieux » est le plus ancien sanctuaire hindou de Java. Nous tombons en plein festival, c’est donc un peu compliqué de trouver des chambres, mais nous finissons par en trouver à l’homestay Dahlia, une sympathique auberge avec une famille très accueillante.

Pour cette première soirée, nous décidons d’explorer un peu le village et le festival qui est de jazz ce soir, ce sera un festival culturel les autres jours.

Le samedi, nous nous levons relativement tôt pour une randonnée qui doit nous faire passer près des sites importants du plateau de Dieng. Il fait un peu frais, nous sommes à plus de 2000m d’altitude, nous ressortons pulls et blousons.

Le premier site de la journée est le sanctuaire d’Arjuna, il n’est malheureusement pas possible d’y accéder, car le site est utilisé pour le festival, nous continuons notre route à travers les cultures maraichères, c’est un peu compliqué de trouver son chemin, d’autant plus que le sol est très humide. Nous finissons par rejoindre la route et un groupe de maisons.

Ensuite vient le Kawah Sikidang, c’est un cratère volcanique fait de fumerolles et de mares de boue. L’odeur de soufre est très prononcée. Le soleil commence à taper et il fait vraiment bon, une température parfaite pour une randonnée.

Puis nous rejoignons la route principale, au passage, nous croisons un autre temple, le Candi Bima  puis nous bifurquons vers le théâtre et un promontoire qui a vue sur le lac. Ça nous évite de payer l’entrée. Mais la vue est un peu gâchée par les nuages qui commencent déjà à remonter.

Nous continuons notre randonnée par la descente pour rejoindre et contourner les lacs Telaga Pengilon et Telaga Warna. Ce dernier a de belles couleurs bleues turquoise et cobalt dues aux dépôts de sulfure.

Finalement, nous rejoignons en tout début d’après-midi Dieng. Après le déjeuner et une douche, nous profiterons du festival qui offre divers spectacle, concerts, percussions, danse… Nous y reviendrons également dans la soirée pour un lâcher de lampion, c’est assez spectaculaire, c’est dommage que quelques festivaliers s’amusent à lancer des feux d’artifice juste au-dessus de nos têtes.

Finalement, nous terminons la journée par une bonne soupe pour nous réchauffer. Il faut se coucher tôt, le réveil est tôt le lendemain.

Dimanche, réveil très tôt, 2h30. Nous allons voir un lever de soleil, mais il faut marcher 8km pour y arriver. Nous démarrons tranquillement à 3h du matin, il y a un monde fou malgré l’heure matinale. Et comme nous, tout ce beau monde se dirige vers Sikunir. En même temps, l’endroit est superbe et réputé pour ces superbes levers de soleil. Du coup, après environ 1-2km, nous arrêtons un pickup qui va nous emmener jusqu’à Sembungan, le plus haut village de Java.

Ça raccourcit sacrément le voyage et on ne serait surement pas arrivé à temps si on avait continué à pied.

Il ne nous reste plus qu’à traverser le village puis gravir la montagne, il y a un monde fou, donc tout ce fait au ralenti. Pour ma part, je pense qu’on était environ 10 000, les autres disent qu’on était beaucoup plus…

Nous finissons, par nous poser presque tout en haut pour avoir un point de vue. Malheureusement, il y a des cons absolument partout, c’est universel, et il y en a qui font péter des feux d’artifice. Et bien sûr ce qui devait arriver, arriva et cela mit le feu aux broussailles. Nous avons un peu paniqué et commencé à redescendre, heureusement de jeunes Indonésiens ont vite réagi et le feu a été éteint rapidement. Tant mieux, car la panique aurait surement été catastrophique.

Finalement, nous avons trouvé un autre point de vue où je suis resté jusqu’au lever du soleil. J’ai fini par redescendre n’en pouvant plus de la foule. Les autres quant à eux, sont montés pour admirer le superbe point de vue qu’offre le Gunung Sikunir.

Il était 6h15 quand je suis redescendu, Ronald est arrivé quelques minutes après moi et nous avons attendu 1h que Cécile et Caroline redescendent, il y avait tellement monde qu’il y avait des embouteillages!!! Mais c’était l’occasion de belles rencontres comme une discussion en français avec un Indonésien. Son père était diplomate, il avait étudié dans plusieurs lycées français.

Quand elles sont arrivées, nous avons commencé à prendre le chemin du retour, cette fois à pieds. Un peu avant d’arriver, nous avons quitté la route pour à nouveau passer par le Kawah Sikidang. Puis nous avons rejoint le festival (mon influence Montréalaise m’a fait écrire place des festivals dans mon carnet!!!) par l’arrière. On s’est d’ailleurs perdu, ce qui m’a permis de découvrir un temple que nous n’avions pas vu la veille, puis je suis rentrée pour me reposer j’étais crevée.

Le reste de la journée, a été tranquille, quelques petites balades pour profiter une dernière fois du village et du panorama nous partons le lendemain et pour moi ce sera direction Borobudur.