C’est un défi que je me suis lancé au début de ce tour du monde, faire le Tongariro Alpine Crossing, une randonnée de 19,4km et 800m de dénivelé. Pour les grands randonneurs, cela ne doit pas être grand-chose, mais pour moi ça paraissait insurmontable il y a encore quelques mois.

Réputée comme étant l’une des plus belles randonnées à la journée du monde, je tenais beaucoup à la faire, aussi bien pour la beauté des paysages que pour le défi personnel.

Cette randonnée se trouve dans le Tongariro National Park, un parc classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ses paysages, mais aussi pour son patrimoine culturel.

D’anciennes coulées de lave, des cratères, des lacs aux couleurs fabuleuses, une vue magnifique sur la région, et même une forêt tropicale, le paysage est à couper le souffle.

Une légende maorie raconte ainsi qu’il y a bien longtemps tous les volcans se trouvaient au coeur de l’île du nord, les quatre volcans guerriers, Ruapehu, Ngauruhoe, Tongariro et Taranaki s’affrontèrent afin de gagner le coeur de la belle montagne Pihanga. Le mont Tongariro gagna cette bataille et mit en fuite ses adversaires. Le mont Taranaki se réfugia à près de 200km à l’ouest en dévastant tout sur son passage, c’est maintenant le lit de la rivière Whanganui.

Le problème de cette rando est le temps, nous sommes en montagne et, c’est quand même mieux de la faire quand il fait beau, alors quand vendredi j’ai vu qu’ils annonçaient un temps superbe pour le dimanche, je me suis dit c’est le bon moment. Samedi j’ai donc fait la route entre Wellington et National Park, le village à côté du parc. Quand je suis arrivée, la vue était bouchée, mais ça s’est dégagé pour le coucher du soleil et j’ai pu prendre quelques beaux clichés du mont Ruapehu et du mont Ngauruhoe, les fans du seigneur des anneaux auront bien sûr reconnu la montagne du destin, dans laquelle Sam et Frodon, avec la participation involontaire de Gollum, jettent l’anneau.

Le deuxième problème c’est comment s’y rendre, la rando n’est pas une boucle, il faut donc prévoir son moyen de transport. Pour ma part je décide de prendre la navette que propose l’auberge. Le départ est donc prévu à 7h15, une petite demie heure plus tard nous arrivons au parking de Mangatepopo, il y a du monde. Le temps a été mauvais dans les derniers jours et certaines personnes attendent depuis plusieurs jours pour faire la rando. Bien sûr il est possible de faire la rando dans l’autre sens, mais le dénivelé positif est plus important donc c’est plus difficile.

Les 4 premiers kilomètres sont assez faciles, il faut rejoindre Soda Springs, d’abord du plat puis le sentier monte en pente douce jusqu’à Soda springs. Parfois sur un sentier rocailleux et à d’autres moments nous sommes sur des planches en bois. Nous longeons un cours d’eau et peu à peu des champs de lave apparaissent.

À Soda Springs, il y a du monde, ce sont les dernières toilettes avant au moins 4h donc il y a la queue et c’est le moment de faire une pause avant d’attaquer la suite, pour moi ça sera le moment de prendre une barre de céréale.

Puis c’est le moment d’attaquer les Devil’s staircase, une série de marche monte pour rejoindre le South Crater, pour moi ce fut la partie la plus difficile, il m’a fallu 1h15 pour arriver en haut. La vue au sommet est superbe, on devrait être capable de voir le Taranaki au loin, mais il y a malheureusement trop de nuages aujourd’hui.

Ensuite, nous avons la traversée du cratère sud, sur la droite nous avons le Ngauruhoe (la montagne du destin) avec la bordure rouge de son cône et sur la gauche le Tongariro.

Il faut alors reprendre mon ascension, cette fois pas d’escalier, mais un sol instable fait de pierre et de sable, mais les escaliers étaient plus difficile. Je grimpe vers le Red Crater, arrivée en haut je croise Christopher, une connaissance de Montréal, « le monde est petit ». En fait ce n’est pas tout à fait une surprise, je savais qu’il était en Nouvelle-Zélande et qu’il devait faire le Tongariro Alpine Crossing dans ces jours-ci, mais tout de même…

Ma pause déjeuner sera ici sur les bords du cratère rouge. Je ne suis pas la seule à faire ça, d’ailleurs…

Puis il faut se remettre en route, il y a encore du chemin à faire. Encore quelques mètres à monter et j’arrive au plus haut point de la randonnée à 1886m. Les lacs turquoises se dévoilent et c’est une explosion de couleur, la vue est à couper le souffle, j’étais sans voix tellement c’était beau!!! On resterait des heures à contempler. Malheureusement il faut avancer, j’ai une navette à attraper.

La descente vers les Emerald Lake est un peu périlleuse, ça glisse, je suis bien contente d’avoir  loué des bâtons. J’arrive au bord des lacs qui sont tout aussi beaux de près comme de loin. De la fumée se dégage des lacs, prouvant que les volcans sont toujours actifs.

Ensuite nous traversons le cratère central, une brève ascension nous amène à un quatrième lac, le blue lac puis nous le contournons et la grande descente commence, 10km de descente.

Nous rejoignons alors l’autre versant du Tongariro, encore une fois la vue est superbe et elle va nous accompagner une bonne partie de la descente, le lac Rotoaira, le mont Pihanga et au loin le lac Taupo. En chemin je croise un vendeur de bière, il faut du courage pour monter avec les bières, ça doit être bien lourd…

Le chemin descente en zigzag jusqu’à Ketetahi Hut, on peut voir qu’il y a du monde, d’ailleurs les toilettes sont prises d’assaut, il y a trop de monde, je n’ai pas envie d’attendre, je décide donc de continuer. Ça commence à être dur, en plus nous avons le droit à passage où il faut de nouveau monter, mes jambes commencent à être un peu fébriles. Puis la forêt arrive, nous terminons la rando au milieu de la forêt, les dernières 15 minutes sont un calvaire, je n’en peu plus, mais finalement le parking arrive, il faut maintenant attendre la navette, mais c’est fait, j’ai traverser le Tongariro Alpine Crossing en tout juste 8h, ce qui n’est pas trop mal.

Et je peux dire que sa réputation n’est pas du tout usurpée, pour ma part c’est la plus belle randonnée que j’ai pu faire et à date c’est mon meilleur souvenir lors de ce tour du monde.

Pour plus de photos, le lien est ici.