Ça y est, c’est parti, aujourd’hui je commence le circuit d’Uyuni. Un circuit de 4 jours qui va m’amener à voir parmi les plus beaux panoramas d’Amérique latine.

Départ assez tranquille vers 8h. Nous sommes répartis dans les voitures, 5 4×4 avec 4 ou 5 touristes à bord plus les chauffeurs, une cuisinière ou un(e) guide. Il y a beaucoup de Français (4 4×4 sur 5). Dans le mien, je serai avec 3 autres français, une guide Magali et notre chauffeur Alvaro.

L’avantage de partir de Tupiza c’est que l’on commence par des paysages du Sud Lipez que les tours depuis Uyuni ou San Pedro de Atacama ne font pas. De plus le tour se fait à l’envers et il y a donc moins de monde, tout du moins au début.

À peine 15 minutes après le départ, nous faisons déjà notre premier arrêt pour la Quebrada de Palala, une large ravine composée d’impressionnantes roches rouges. Nous rejoignons ensuite El Sillar, une crête entre deux vallées. C’est magnifique, nous sentons l’immensité des lieux, une vue dégagée.

En chemin, nous croisons quantité de vigognes et de lamas. Puis nous arrivons au Paso del Diablo, la vue est magnifique, par contre le vent y est glacial, l’arrêt sera donc court.

Nous passons près de nombreux petits villages et nous finissons par nous arrêter dans l’un d’entre eux : San Pablo de Lipez. Un arrêt court, le temps de prendre quelques photos de la place et d’un lama passant par là.

En route, nous visitons les ruines coloniales de San Antonio de Nuevo Mundo. C’est le site d’une ancienne mine d’argent qui a été abandonné et qui est maintenant la dernière demeure des fantômes. C’est également là que nous avons pu voir de très près un viscache, une sorte de lapin que l’on trouve dans les Andes.

Enfin nous rejoignons le mirador de la lagune Morejon à 4855m, record battu, je n’avais jamais été aussi haut. Le soir nous dormons à Quetena chico, nous sommes à 4200m d’Altitude, il fait un froid glacial. La nuit est longue entre les difficultés à respirer et le froid tenace, je dors avec un sac de couchage, 4 couvertures et habillé, mais non il fait toujours froid !!!

Pour cette deuxième journée, le lever est un peu dure, il fait toujours aussi froid, donc sortir des couvertures est difficile. Heureusement, le thé au petit déjeuner nous réchauffe. Nous partons rapidement, d’abord une petite balade à travers Quetena Chico, sympa mais le problème c’est que je vais avoir froid, surtout au pied. Puis nous remontons dans les voitures pour poursuivre notre route vers le Sud Lipez, région parmi les plus belles de la Bolivie. D’abord, deux petites lagunes, Hedionda Sur et Kollpa.

Au loin se dresse le Cerro Zapaleri dont le sommet constitue le tripoint entre les frontières de l’Argentine, la Bolivie et le Chili. Puis nous atteignons le Salar de Chalviri qui est composé de plusieurs minéraux, dont le borax qui sert à faire des détergents.

De là, nous rejoignons la lagune Polques, ici les thermes de Polques ont été aménagés et on peut se baigner dans une eau à environ 32°C (selon les guides). Au début je ne voulais pas y aller, ayant peur d’avoir froid en sortant, puis je me suis laissée convaincre et je ne l’ai pas regretté, l’eau était vraiment bonne et ça m’a réchauffé alors que j’étais frigorifié depuis le départ.

Nous repartons pour la pointe sud de la Bolivie, malheureusement nous commençons aussi à rejoindre les 4×4 venant du Chili et à croiser ceux venant d’Uyuni. Nous passons par le Désert de Dali, c’est l’un des plus beaux déserts du monde surplombé par des montagnes aux couleurs éclatantes et des roches placées là, on ne sait comment.

Enfin, nous rejoignons Laguna Blanca et Laguna Verde, deux magnifiques lagunes surplombées par le majestueux Licancabur et le Juliques. Ici, nous sommes à quelques kilomètres du Chili. La Laguna Verde tient sa couleur verte de l’importance de ses minéraux : plomb, soufre, calcium et arsenic. Malheureusement pour nous, depuis environ un an la couleur verte émeraude a tendance à se ternir, de plus il faut du vent pour activer le mélange et donc la coloration et il n’y a pas de vent, ce jour-là.

Nous négocions pour rester un peu plus longtemps, peut-être manger ici…ce n’est pas possible, nous sommes dans une zone protégée, il faut donc retourner aux thermes pour le déjeuner. Qui est comme d’habitude excellent, merci à la cuisinière.

Nous reprenons la route en début d’après-midi pour rejoindre un vaste champ de geysers, Sol de Mañana, situé à 4850m, c’est le plus haut champ de geysers du monde. Totalement différent de celui que j’ai pu voir à San Pedro de Atacama, ce champ est constitué de fumerolles et de vapeurs sulfureuses dans des mares de boue bouillonnante. On sent bien l’odeur caractéristique du soufre ici.

Après les geysers, nous prenons la route qui commence à monter et passer un petit col, d’après Lionel et sa montre, nous sommes à 4930m, mais notre chauffeur nous dit 5000m, j’ai bien envie de le croire et de me dire que j’ai passé les 5000m.

La route redescend tranquillement vers le petit village de Huaylljara à 4340m qui sera notre étape pour la nuit, nous déposons rapidement nos affaires afin de rejoindre à 10 minutes de là, la magique Laguna Colorado et sa couleur rouge sang. Nous sommes chanceux, nous arrivons dans les premiers et il n’y a pas trop de monde, ce qui sera une tout autre histoire au moment du départ. Nous y restons environ une heure à nous balader, à photographier et à admirer les flamants roses qui vivent ici.

Finalement, nous rejoignons l’auberge pour une longue et froide soirée, mais un peu moins que la veille. Nous sortirons même quelques minutes pour prendre en photos le magnifique ciel étoilé.

En ce troisième jour, il fait toujours aussi froid le matin, mais on commence à s’y habituer. Ce matin, nous retournons à la lagune Colorada, la partie ouest cette fois, sa couleur n’est pas aussi éclatante. C’est normal, il faut attendre l’après-midi, mais les nombreux flamants roses sont toujours aussi spectaculaires.

Nous prenons la route du désert de Siloli, des plateaux rouge et marron, au milieu duquel se trouve l’Arbol de Piedra.

Nous traversons alors de grands plateaux désertiques, nous sommes seuls, nous pouvons tranquillement admirer le Cerro de Siete Colores (et oui encore un).

Puis, nous traversons plusieurs lacs riches en minéraux et peuplés de flamants. Nous en passons certains sans nous arrêter (Ramaditas et Charcota) sans nous arrêter, pour d’autres, nous faisons une balade (Honda et Hedionda Norte) ou juste un petit arrêt photo (Cañapa). Il y a d’ailleurs du monde à ce dernier, même une fille en talon. (Se croit-elle à un défilé ???)

L’heure du déjeuner arrivant, nous attendons l’autre 4×4 qui semble avoir disparu. Mais où est-il? Nous attendons sur le bord de la piste et environ 10 minutes, plus tard, il finit par apparaitre. Nous pouvons reprendre la route, nous rejoignons d’ailleurs une route goudronnée, ce qui est une première depuis notre départ puis c’est la vallée de la Luna (des lacs asséchés). Nous prendrons le déjeuner ici, au milieu des rochers rose et crème, résultat d’une ancienne coulée de lave avec une vue impressionnante sur le volcan Ollagüe, toujours en activité.

Dans l’après-midi, nous rejoignons le Salar de Chiguana, traversé par la ligne de chemin de fer qui relie Uyuni à Calama au Chili. C’est l’occasion de faire quelques photos amusantes. Je vais craquer mon pantalon sur les rails !!!

Puis nous reprenons la route, les mirages nous font imaginer des lacs et rivières. Parfois, nous ne faisons plus la différence entre l’horizon et le ciel, comme-ci nous étions au bout du monde et qu’après il n’y avait plus rien, juste le vide.

Finalement, nous rejoignons le village de San Juan à 3660m d’altitude qui se consacre à la culture de quinoa. Nous y achetons du vin pour le soir.

Enfin, il apparait, il est là, le Salar de Uyuni se dévoile à nos yeux, nous le longeons sur quelques kilomètres afin de rejoindre Atullcha pour notre dernière nuit. Ce soir, nous logeons dans un hôtel de sel, tout y fait avec du sel, des murs au lit en passant par les tables…

L’atmosphère est étrange, demain c’est le Salar, il y a de l’excitation de l’aire, mais c’est aussi notre dernière journée ensemble, et 4 jours à partager un 4×4 pendant 8 à 10h, ça laisse des traces.

Pour cette dernière journée, nous nous levons aux aurores, 5h30. Nous allons assister au lever du soleil sur le Salar. Un convoi de jeeps démarre, seule lumière de l’aube sur une route cahoteuse et poussiéreuse, nous longeons le Salar. Tout d’un coup, nous bifurquons à gauche, ça y est nous y sommes, sur ce sala qui fait rêver. Ce blanc, cette immensité blanche jusqu’à perte de vue. Le Salar de Uyuni c’est 12000km² de sel, du sel à perte de vue. C’est le plus grand du monde.

Premier arrêt de la journée, nous sommes seuls au monde, 2 jeeps. Les autres sont tellement loin, qu’on les distingue à peine, on a l’impression d’avoir le Salar pour nous. Par contre il fait un froid polaire, vivement que le soleil se lève, c’est d’ailleurs pour ça qu’on est là. Au fur et à mesure, la clarté arrive et le Salar se dévoile, jouant avec nos ombres.

Il est temps de reprendre la route pour l’ile Incahuasi, un saisissant contraste au milieu de ce blanc, une ile sur lequel des centaines de cactus pouvant atteindre plus de 10m ont poussé. À son sommet, on a une vue à 360° sur le désert. Encore une fois, nous sommes les premiers, vive notre chauffeur, nous arrivons donc tranquillement en haut, avant la horde de touristes.

En bas, c’est une autre histoire, de nombreux 4×4 sont arrivés, le petit dej se prépare, une partie de foot, Boliviens contre touristes s’est improvisée (avantages aux touristes). La bonne ambiance est là.

Après un petit déjeuner dans un cadre idyllique, il est temps de repartir, chacun prend une direction, nous roulons environ 30 minutes, puis c’est le dernier arrêt sur le Salar. Celui pour s’amuser, prendre des photos, jouer avec les perspectives. Ce n’est d’ailleurs pas facile, heureusement Alvaro est là pour nous aider.

Colchani, vit du Salar et du tourisme, toutes les jeeps, qu’elles viennent d’Uyuni, où comme nous de Tupiza s’y arrête, donc les stands touristiques s’y accumulent vendant sac, manger, porte-clefs… Nous mangeons là notre dernier repas, encore une fois délicieux.

Puis nous reprenons la route pour rejoindre Uyuni et la dernière étape de ce périple : le cimetière des trains. Vestige d’une époque glorieuse, une quinzaine de locomotives rouillées rappel qu’Uyuni était un important noeud de communication et que les minerais envoyés Brésil et au Chili transitait par là.

Enfin, nous reprenons, une dernière fois la route pour rejoindre le centre d’Uyuni. Il est 14h passé de quelques minutes quand nous arrivons à Uyuni, il y a un bus à 14h, je pense l’avoir raté, mais non !!! C’est sans compter sur les bus boliviens qui sont souvent en retard, mais le temps de décharger et le bus s’en va, j’ai juste le temps de courir et de l’attraper au carrefour suivant. Ouf je n’avais pas envie d’attendre 2h de plus. Me voilà donc en route pour Potosí, prochaine étape de mon voyage.

Bonne Adresse :Tupiza Tours : Une bonne agence pour faire la visite du Salar.

Il faut compter 1200Bs (157 € ou 221$CAD) pour les 4 jours, à cela, il faut rajouter :

  • 200Bs (26€ ou 37$CAD) pour un guide en français
  • 50Bs (6.5€ ou 9$CAD)pour un sac de couchage
  • 200Bs (26€ ou 37$CAD) pour les différentes entrées des Parcs nationaux ou visites.

Pour plus de photos, c’est ici.