Il me faut une journée, pour faire le trajet Dubai Makassar sur Sulawesi. Sulawesi est la troisième ile la plus peuplée d’Indonésie. Avant mon tour du monde, je n’avais jamais entendu parler de cette ile, mais au fil de mes rencontres en Amérique latine, beaucoup de personnes m’ont conseillé de visiter cette ile et en particulier Tana Toraja et les iles Togians. N’ayant que 10 jours pour faire cela et vu la difficulté de transport, je me contenterai de ces deux endroits.

Pour rallier Rantepao depuis Makassar, il faut 8h de bus, malheureusement avec le ramadan, il y a moins de bus et comme c’est la fin, les indonésiens sont en vacances et donc les bus sont pleins. Il me faut donc un autre moyen de transport pour quitter la ville. Au terminal de bus, voyant mon désarroi, une femme se démène pour me trouver un transport et après plusieurs coups de fil, elle finit par me trouver un Kijang (4×4 taxi à partager), par contre il faut le rejoindre à un autre endroit et on m’y conduit en scooter !!! C’est un peu flippant avec toute cette circulation.

Pour le 4×4, il n’est pas tout jeune, le chauffeur, ne parle pas un mot d’anglais donc c’est difficile de communiquer, mais après 9h de trajet et quelques frayeurs, j’arrive finalement à bon port.

Ma première journée dans le coin est plutôt tranquille, je me balade dans la ville, je me renseigne pour un guide, ou même pour quitter la ville à la fin de mon séjour, c’est d’ailleurs compliquer, encore une fois à cause du ramadan, les bus sont pleins, il faut attendre une semaine pour avoir une place. Je ne peux pas attendre si longtemps, il faudra donc que je trouve un autre moyen de transport, c’est d’ailleurs mon guide qui va m’aider pour ça. J’expérimente également le Besak, sorte de petite carriole poussée par un scooter, c’est un peu effrayant au début, mais on finit par s’habituer à la conduite asiatique.

Les deux journées suivantes vont être consacrées à la visite du Tana Toraja (Pays Toraja). Cette région se trouvera les montagnes au centre de Sulawesi. Elle est très intéressante à visiter pour sa richesse culturelle et ses treks. Et en été, on est dans la période des rituels funéraires qu’il faut absolument voir si vous êtes dans le coin.

Malgré la colonisation par les Néerlandais, les cérémonies restent un élément crucial de leur vie. Mais la première chose qui frappe dans cette région est la présence d’église. Nous avons beau être dans le plus grand pays musulman du monde, le christianisme est très présent dans cette région d’Indonésie.

Le premier endroit où nous nous rendons est Tombang Kalua’, j’assiste là au sacrifice des buffles, c’est assez impressionnant et sanglant. Au début, j’étais un peu loin, c’était donc assez supportable, mais au fur et à mesure, c’était de plus en plus prés, et à la fin nous n’étions plus qu’à 3-4m et c’était moins supportable. Mais intéressant, pour la compréhension de la culture Toraja. Après les sacrifices, ils dépècent les buffles puis cuisinent une partie, le reste est partagé et les meilleures parties iront aux castes supérieures.

La visite continue par le village de Kété Kesu, un endroit renommé pour ses tongkonan (maisons traditionnelles) et ses greniers. Sur ses maisons à la forme particulière, le toit remonte à chaque extrémité, on trouve des cornes de buffles ainsi que 4 couleurs, le noir représente les condoléances, le jaune, les bénédictions, le rouge, le courage et le blanc, la pureté. Les greniers ont la même forme et servent à entreposer du riz, des patates douces ou du kasapa, sorte de manioc. Chaque maison est construite sur 3 niveaux, le RDC pour le buffle, le premier étage pour les humains et le 2ème étage pour le chat qui est un animal sacré.

Derrière le village sur la falaise, on trouve des tombeaux et des sépultures suspendues ainsi que des ossements.

Puis juste avant le déjeuner, nous faisons un arrêt au village de Sangala Buntu, où il y a eu le matin un sacrifice de cochons (une centaine), au moment où nous arrivons, ils font cuire le cochon avec des légumes (bulunangko) dans du bambou, comme le matin avec les buffles, les meilleurs morceaux iront aux castes supérieures.

Pour le déjeuner, je prends un plat traditionnel indonésien le Nasi Goreng Special, du poulet frit, du riz frit et un oeuf au plat frit.

Dans l’après-midi, nous nous arrêtons à la sépulture de bébé de Kambira. Les bébés sont emballés dans un linge blanc avec un os de poulet et quelques grains de riz. Ils sont ensuite placés e position foetale dans un arbre. C’est pour la protection et atteindre le paradis.

Enfin pour la dernière étape de la journée, nous rejoignons Lemo, un cimetière Toraja, sur la paroi rocheuse on trouve plusieurs balcons où se trouvent des Tau Tau, des sépultures en bois représentant les défunts. Ces tombes sont celles des descendants d’un chef Toraja d’il y a plusieurs siècles.

Comme la veille, je visite Tana Toraja en scooter au milieu des rizières, par contre cette fois, nous allons dans les montagnes, c’est donc beaucoup plus fatigant. À la fin de la journée, j’aurais mal aux fesses et aux cuisses.

Le premier arrêt de la journée est pour le tombeau naturel de Londa, une grande grotte au pied d’une falaise dans laquelle se trouvent de nombreux cercueils. Il parait que les personnes enterrées ici sont les descendants de Tangdilinoq, chef Toraja de l’époque où ils furent chassés vers les hauts plateaux.

À l’entrée de la grotte, on trouve des balcons de tau tau, il est possible de visiter la grotte, mais il est obligatoire de le faire avec un guide.

Nous en avons fini avec le sud de Rantepao, maintenant départ vers le nord avec un premier arrêt à Bori’, où se  trouve un rante (place pour les cérémonies)et des mégalithes. Un chemin au-dessus mène en 2-3 minutes d’impressionnants tombeaux creusés dans de gigantesques pierres.

Puis, nous reprenons la route pour rejoindre un café dans le village de Deri. Le café est perché sur le bord de la falaise avec une vue époustouflante sur les rizières. Ça vaut le coup de s’y arrêter pour un petit thé ou café ou même une bière : une bintang bien sûr!!!

Ensuite, nous rejoignons Batutumomga pour le déjeuner. Le village est sur une crête, il y a donc une belle vue sur la vallée. Au programme de se déjeuner, une soupe de nouille, ça changera un peu du riz.

Progressivement, nous rentrons vers Rantepao, avec au passage sur la route de nombreux villages traditionnels, des tombeaux…de se côté la route est beaucoup moins praticable et c‘est beaucoup plus fatiguant.

À Rantepao, nous faisons un petit arrêt dans un atelier de tissage puis nous montons à la croix de Rantepao, enfin nous tentons, je dois m’arrêter à mi-chemin à cause d’un persistant mal de genou.

Puis, il est temps de rentrer, mon chauffeur pour Ampana, prochaine étape de mon voyage, vient me chercher à 17h et je dois faire quelques courses avant de partir.

Pour plus de photos, c’est ici.