J’ai fait une partie du Nordoeste argentin avant San Pedro de Atacama et l’autre partie après, mon périple dans le Nordoeste commence à Salta, le temps n’est pas super, c’est la première fois depuis la Patagonie que j’ai de la pluie. J’ai l’impression que ça fait des années.

Mon premier périple est pour Cafayate, au sud de Salta. Pour arriver là, je traverse les paysages arides et spectaculaires de la Quebrada de Cafayate. Des formations rocheuses aux couleurs éclatantes, en particulier lors du coucher du soleil. Les arrêts aux Gargantua del Diablo et à El Anfiteatro sont très impressionnants.

Cafayate est la deuxième région viticole d’Argentine, au niveau de la qualité. Cafayate est réputé pour son Torrontés, un cépage produisant un vin blanc sec. J’ai donc pu visité une bedonna : Vasija Secreta, qui est la plus vieille bodega de la région.

Après ce petit arrêt, j’arrive à dans la petite ville de Cafayate, je vais y passer quelques heures, le temps de manger et de me balader : c’est très agréable.

Au retour, nous faisons à nouveau un arrêt dans la Quebrada pour observer El Castillo, qui est tout aussi impressionnant que les formations vues le matin.

Le soir, de retour à Salta, je suis embarquée par une Argentine, un espagnol et une Française pour passer la soirée dans une Peña. C’est un bar, où l’on peut manger, boire et surtout écouter de la musique folklorique. J’ai eu de la chance d’aller à la Peña La Casona del Molino qui est moins touristique que les autres, on est plutôt avec des locaux. J’ai passé une excellente soirée.

Pour ma deuxième journée dans le Nordoeste, je fais une excursion au départ de Salta, je me lève à 6h du matin pour me rendre à l’agence pour embarquer dans le Movitrack, un camion transformé en bus.

Nous prenons la direction de San Antonio de los Cobres, pour cela, nous longeons la ligne de chemin de fer sur laquelle circule « El tren de las nubes » (le train des nuages). En chemin, arrêt dans un tout petit village pour un petit déjeuner. Il faisait un peu frais, mais le panorama était superbe.

Nous reprenons la route, pour un deuxième arrêt à Campo Quijano. Ce qu’il y a de sympa avec le Movitrack, c’est que l’on peut s’assoir sur le toit, très sympa pour faire des photos.

Nous rejoignons ensuite la petite bourgade de San Antonio de los Cobres pour une courte pause. Nous avons de la chance, nous arrivons au milieu d’une procession religieuse.

Nous prenons ensuite la direction de Salinas Grandes, une plaine saline située à 3350m au-dessus du niveau de la mer. C’est une croute de sel qui s’étend sur 525km² avec une épaisseur de 10 à 50 cm. C’est un blanc envoutant. Un bon prélude au Salar de Uyuni en Bolivie.

Enfin, nous reprenons la route, nous passons un col, mieux vaut ne pas avoir le mal des transports, la route tourne beaucoup ici. Petit arrêt en route pour un petit casse-croute vins et fromages puis nous arrivons à Purmamarca et son célèbre Cerro de los Siete Colores. Petit village joli et pittoresque, par contre c’est ultra touristique surtout du côté du marché d’artisanat.

Le dernier stop de la journée sera pour Jujuy pour un arrêt rapide, le temps de faire le tour de la place principale de la ville.

Pour un de mes derniers jours en Argentine je décide de faire une randonnée à cheval. On vient de me chercher à 9h pourrait à 40km et rejoindre l’estancia Sayta qui propose de formidables randonnées équestres. Nous passons donc 3h à se balader dans la vallée. Au retour nous avons le droit à un asado argentin, un BBQ, absolument délicieux, la viande était succulente. Je n’en avais jamais mangé une aussi bonne.

Puis, je visite la ville de Salta, un petit tour en téléphérique qui me mène en haut du cerf San Bernardo, la vue sur Salta y est imprenable. En ce qui concerne le centre-ville, pas de chance, la plus belle église de la ville est en réfection, il y a donc des échafaudages devant. Par contre, la place principale est jolie et j’en profite pour faire quelques photos.

Après San Pedro de Atacama, je suis revenue pour quelques jours dans le nord de l’Argentine, j’en ai profité pour visiter d’autres villes ou villages au nord comme Tilcara, la ville se trouve au milieu de spectaculaire paysage et on y trouve des ruines précolombiennes dominant la vallée. Le site jouit d’une superbe vue et la balade au milieu des cactus est très agréable.

Puis je prends la direction d’Humahuaca, la plus grande localité de la vallée, en chemin, je fais un arrêt au passage du Tropique du Capricorne, le temps de faire une petite photo.

En route, je croise par hasard un couple de Français rencontrés au Chili quelques jours plus tôt et arrivé à Humahuaca on nous propose d’aller voir les montagnes de Hornocal ou « Serranias de Hornocal ». Nous mangeons un petit bout et vers 14h, un 4×4 vient nous chercher. La route qui monte à 4300m est inaccessible en bus, mais peut facilement être parcourue en 4×4 ou même en voiture ordinaire. Il faut environ 45 minutes pour parcourir les 25km qui séparent Humahuaca du  mirador.

À l’arrivée, nous nous exprimons par un grand « waouh ». On ne s’attendait pas à ça, c’est une explosion de couleur. Comment se fait-il qu’un paysage aussi magnifique soit ignoré des circuits touristiques? Mais, on ne va pas s’en plaindre, il n’y a quasiment personne, on a l’impression d’être des privilégiés.

Il y a une petite balade à faire qui dure environ 15 minutes. Ce n’est pas spécialement difficile, mais on sent le manque d’oxygène au retour sur le petit dénivelé de 30-40m.

Le soir, je me fais un petit plaisir et je vais au restaurant, c’est l’occasion de gouter à plusieurs spécialités du Nordoeste comme les empañadas de quinoa, les Humita, l’Escabeche ou encore en dessert du fromage avec du miel et du dulce de cayote (une merveille), le tout accompagné, bien sûr, par un bon verre de vin.

Pour ma dernière journée en Argentine, je visite Humahuaca et je déambule au milieu de ses rues pavées ses maisons en pisé et ses places pittoresques et je dis adieu à l’Argentine.

D’ailleurs c’est un peu plus compliqué de se rendre en Bolivie, il n’y a pas de bus qui traverse la frontière. Je prends un bus qui me mène à La Quiaca. Du terminal, nous devons marcher environ 1km pour rejoindre la frontière que nous passons à pied. Ici nous sommes, à plus de 5000km d’Ushuaia, ville la plus au sud de l’Argentine où j’étais il y a moins de 2 mois. (Pour l’article c’est ici).

Nous passons donc la frontière et nous arrivons à Villazón, puis nous marchons à nouveau pour rejoindre le terminal. Plusieurs possibilités s’offrent à nous, le train, le bus ou les collectivos. Nous choisissons un collectivos, le prix est intéressant, 20 Bs par personne (environ 2,60 € ou 3,60CAD) et c’est le plus rapide pour se rendre à Tupiza qui sera le départ de ma prochaine aventure : un circuit de 4 jours qui va me mener au Salar d’Uyuni.

Bonnes Adresses :

  • Estancia Sayta : Randonnées à Cheval près de Salta
  • Casona del Molino : L’une des meilleurs Peña de la ville.
  • Restaurant Pacha Manka : À Humahuaca, un bon resto pour manger des spécialités du nord de l’Argentine.

Et pour plus de photos, c’est ici.