Tout en cherchant du travail, que j’ai trouvé d’ailleurs rapidement, deux semaines après mon arrivée, j’en ai profité pour visiter et apprendre à connaitre Dublin.

En arrivant à Dublin, j’ai vécu près de deux mois en auberge de jeunesse : il est plus facile de trouver un travail qu’un logement. Les visites d’appartements s’apparentent plus à des castings plutôt qu’autre chose, nous sommes parfois 50 à visiter une petite chambre pour une colocation.

C’est fin juin que j’ai pu enfin dénicher un logement dans le quartier de Smithfield, juste au-dessus de la old Jameson distillery, avec 2 Tchèques et une Espagnole.

L’avantage de vivre en auberge de jeunesse c’est qu’on rencontre beaucoup de monde, de toutes les nationalités. C’est plutôt une bonne idée, au début.

Mais au début seulement !!!

Car travailler et vivre en auberge c’est l’horreur, surtout quand tu dois te lever à 5h du mat et que tes roomates se couchent à 3h en faisant du bruit (sinon ce n’est pas marrant 😉 ) ou qu’ils ronflent tellement fort que tu ne peux pas dormir.

Vive la vie en communauté…

Sinon, je conseille l’auberge où j’ai séjourné (Dublin International YHA), plutôt un bon rapport qualité-prix. Et le must, l’originalité des lieux, le petit déjeuner se prend dans une église.

Donc on va reprendre tous depuis le début tous d’abord une petite soirée en boite, c’était le 12 mai, donc quelques jours après mon arrivée. Je suis avec Fred(un français) et Roberta(une italienne) dans une boite : le Tripod.

Lors de mon premier weekend à Dublin, mon cousin Gregory (qui habite Dublin depuis quelques mois) m’a emmené sur un champ de courses, le Leopardstown Racecourse, le 2e plus grand d’Irlande. C’était une première pour moi, je n’avais jamais vu de course avant. On se prend vite au jeu, c’était plutôt sympa, mais il faisait froid.

Puis dans la semaine qui a suivi, entre deux dépôts de CV,  j’ai visité le Trinity College et sa célèbre bibliothèque.

C’est la plus ancienne université de Dublin, il y a un petit côté Harry Potter dans l’architecture. L’entrée dans l’enceinte de l’université est libre, par contre il vous faudra payer si vous souhaitez visiter l’ancienne bibliothèque et voir The Book of Kell. J’ai adoré cette bibliothèque qui comprend environ 200 000 livres dont le Livre de Kell, un vrai trésor, un livre datant du IXe siècle et considéré comme l’un des chefs-d’oeuvre du christianisme irlandais. 

Je n’ai pas de photo de l’intérieur de la bibliothèque, c’est malheureusement interdit. (Édit du 8 octobre 2017 : il est apparemment possible de prendre des photos dans la bibliothèque maintenant.)