Mercredi, visite de la cité maya d’Uxmal qui signifierait « Trois-fois-construites ». La légende prétend qu’une vieille sorcière habitant près d’Uxmal trouvera un jour un oeuf qui donnera naissance à un nain capable de prédire le futur. On l’appellera le Devin. Ce dernier, qui découvrira un tukul (instrument à percussion en bois) dans les cendres de foyer, se mettra à en jouer. Toute la région entendra le son de l’instrument. Le roi d’Uxmal, sentant la mort proche, fera venir le devin à la cour. Il le soumettra à plusieurs épreuves dont celles de construire 3 fois la pyramide en une nuit, épreuve dont il sortira vainqueur, avant de lui demander de briser une poignée de cocoyoles (fruit très dur) sur son crâne à l’aide d’une massue en pierre. Le nain s’exécutera victorieusement tandis que le souverain, qui devra se soumettre à son tour à l’épreuve, périra au premier coup. Le titre royal reviendra ainsi au nain.



Ensuite direction le village de Muna, afin de découvrir l’art de la poterie artisanal dans l’atelier de Patricia, une femme maya qui perpétue l’art de la céramique avec toute sa famille.


Après cette visite direction l’hacienda de Sotuta de Péon où nous mangeons un véritable repas Yucathèque, très bon mais un peu copieux : je n’ai pas réussi à finir mon assiette.




Enfin dernière étape de la journée, nous nous rendons à Merida : capitale du Yucatan. Cette ville fut construit en 1542 sur le site de la ville maya T’ho, un centre de la culture et d’activités maya depuis des siècles. De ce fait, de nombreux historiens considèrent Mérida comme la plus ancienne ville continuellement occupée dans les Amériques. Cette fondation marqua l’occupation définitive de la région par les espagnols.



Jeudi, départ de Mérida pour une dernière petite visite : le paseo Montejo (en l’honneur du fondateur de la ville : Francisco de Montejo). C’est l’avenue la plus importante de Mérida, le tracé est inspiré des grands boulevards français et en particulier des Champs-Elysées. Nous retrouvons tous au long de cette allée des anciennes demeures ressemblant aux hôtels particuliers parisiens ainsi que des monuments comme le Monumento a la Patria.


Ensuite direction Izamal, en chemin arrêt dans un cimetière maya très coloré. Izamal est connue dans le Yucatán comme la « ciudad amarilla » car la plupart des maisons de cette ville coloniale sont recouvertes d’une peinture de couleur ocre. Nous visitons le monastère franciscain de Saint Antoine de Padoue qui fut bâti avec les pierres de la pyramide maya qui existait à cet endroit.




Après Izamal, direction Chichén Itza, surement le plus connu des sites mayas. Nous déjeunons sur place au rythme des danses Yucathèque et sous un soleil de plomb nous commençons notre visite qui nous mène vers « El Castillo ». Une pyramide qui provoque au moment des équinoxes de printemps et d’automnes, grâce à son orientation et sa forme pyramidale, des ombres qui font croire à l’ondulation d’un serpent : le fameux « serpent à plume ».





Et me voilà arrivée à Vendredi, dernier jour au Mexique, petite visite de Valladolid : son marché, sa place, son église… Puis retour vers Playa del Carmen pour une dernière baignade dans la mer des Caraïbes avant le départ vers l’aéroport de Cancun et le retour à Montréal.