Prendre le train en Australie n’est pas commun, en effet on ne le fait ni pour le prix, en général c’est plus cher que l’avion, ni pour la vitesse, les trajets sont très longs, mais pour l’expérience et pour la beauté des paysages traversés.

J’ai prix deux fois le trains, les deux lignes mythiques de l’Australie, le Ghan, fin septembre et l’Indian Pacific fin octobre.

Le Ghan

Il porte ce nom en l’honneur des premiers chameliers afghans qui sont venus explorer cette région il y a 150 ans, ils ont également joué un grand rôle dans la construction de la ligne de chemin de fer puisqu’il transportait les marchandises, biens et nourriture pour les ouvriers.

La ligne de chemin de fer a ouvert en 1929 avec un train à vapeur reliant Adélaïde à Alice Springs, c’est le trajet que je vais faire. En 2004 après des dizaines d’années de discussion, la deuxième portion du trajet et enfin ouverte portant à 2979km et 54h pour relier Darwin.

Je n’ai fait que la première partie : c’est tout de même 25h de trajet et pas en train couchette, j’ai choisi la classe Red, c’est-à-dire un siège inclinable.

En chiffres, c’est 32 voitures, 2 locomotives et un train mesurant 805m de long. J’étais la voiture « R », donc l’une des dernières du train.

Le début du voyage est au milieu des collines verdoyantes du sud de l’Australie puis après quelques heures de trajets nous arrivons dans l’outback et ses paysages de désert, la vue est superbe et j’en profite jusqu’au coucher du soleil.

La soirée est tranquille, c’est le moment de discuter avec ses compagnons de voyage, ce sont pour la plupart des étrangers qui comme moi souhaitent prendre un train de légende et traverser l’Australie autrement.

Le réveil est matinal, le train est arrêté au milieu de nulle part et nous pouvons profiter du lever de soleil dans l’outback. Nous pouvons sortir du train, la classe gold et la classe platinium (les classes supérieures) ont même le droit à un petit déjeuner avec le lever du soleil.

Il est temps de repartir, le désert se fait de plus en plus aride, la terre devient rouge, nous approchons du Red Center et après quelques heures nous arrivons à Alice Springs, en plein milieu de l’Australie, à plusieurs milliers de kilomètres d’une ville quelconque.

L’Indian Pacific

Cette fois, c’est un voyage de 67h qui doit me mener de Perth à Sydney. Il faut 4 jours et 3 nuits pour traverser le pays avec quelques stops en chemin.

Pour ce voyage, j’ai choisi la Gold Class, un service tout inclus avec ma cabine personnelle. D’ailleurs à peine installée, le responsable du wagon vient voir chaque passager pour lui  expliquer le fonctionnement de la cabine et du wagon et convenir avec chaque passager de l’heure des repas.

Puis c’est le départ, nous traversons d’abord les vallées de la région de Perth, il est déjà temps d’avoir notre premier repas, un pur régal, c’est de la grande gastronomie. Le voyage passera d’ailleurs très vite grâce aux journées rythmées par les repas.

On passe beaucoup de temps au bar, l’Explorer Lounge, c’est le moment de rencontrer les autres voyageurs, de discuter autour d’un verre de vin, d’une bière ou d’un cocktail, de faire des jeux de société ou de lire un magasine.

La clientèle est plutôt âgée, ce sont pour beaucoup des retraités qui ont le temps de voyager. Mais on trouve quand même quelques jeunes, j’ai donc mangé une bonne partie de mes repas avec un couple d’Allemands et un Anglais.

Et il y a les excursions, alors que nous allons commencer à traverser l’outback, nous rejoignons Kalgoorlie en soirée, il fait nuit, mais nous allons visiter la ville, c’est un peu décevant de visiter en bus (mais il y a beaucoup de personnes plus âgées) puis nous rejoignons le Super Pit. Kalgoorlie est une ville minière (mine d’or), le Super Pit est la mine à ciel ouverte la plus importante du pays, elle mesure 3,8km de long, 2km de large et un peu plus de 600m de profondeur. Elle est en activité depuis 1893 et depuis environ 25 ans, 7j/7 et 24h/24.

Même de nuit, on imagine bien l’immensité des lieux.

Puis nous rejoignons le train, il est temps de se coucher pour notre première nuit à bord, le personnel a changé la configuration de la cabine, il y’a maintenant un lit.

Le deuxième jour, j’ai le droit à un changement de décor au réveil, nous sommes dans la plaine du Nullarbor, nous allons y passer une bonne partie de la journée. C’est une région aride avec très peu de végétation, d’ailleurs Nullarbor veut dire sans arbre. C’est aussi que se trouve la plus longue voie de chemin de fer sans un seul tournant, 478km de voies toutes droites.

C’est d’ailleurs, ici un peu après le passage en Australie-Méridionale que nous faisons un arrêt dans le minuscule village de Cook : 5 habitants. C’est une ville fantôme. Avant l’uniformisation des voies, il fallait changer de train ici. Nous y faisons une petite balade, le temps de prendre l’air (très chaud) et de se dégourdir les jambes, quoiqu’avec les 6 wagons à traverser dès que l’on veut rejoindre le lounge ou le resto, on fait des kilomètres!!!

La journée se termine tranquille et après le diner, j’ai la bonne surprise de retrouver des cadeaux sur mon lit de la part de l’équipage: c’est sympa de fêter son anniversaire dans le train!!!

Le troisième jour, réveil aux aurores, nous arrivons à Adélaïde à 7h30 et si on veut un petit déjeuner, il faut se rendre dans le wagon-restaurant à 6h30. Puis c’est le départ pour 2h de visite de la ville, encore une fois c’est en bus, mais nous faisons quand même un petit arrêt à l’Adélaïde Himeji Garden, un jardin japonais au coeur de la ville.

Puis nous retournons dans le train, nous découvrons le nouvel équipage, il changé pendant notre visite. La journée se passe tranquillement, nous passons cette fois dans des paysages de culture, c’est le jaune des champs de blé qui rythme notre voyage.

En milieu d’après-midi, nous arrivons à Broken Hill (ou « Silver City »), ville dans laquelle se trouvent les plus importants gisements d’argent, de plomb et de zinc.

Nous visitons le Line of Lode Miners Memorial, un mémorial dédié aux 900 mineurs morts à Broken Hill depuis le début de l’exploitation à la fin du XIXe s. Il est situé au sommet d’un énorme terril qui domine la ville, on également une excellente vue sur la gare et donc le train.

Nous retournons au train pour le diner et j’ai encore le droit à quelques surprises, un petit gâteau et d’autres cadeaux, j’aurai bientôt toute la collection des cadeaux du train.

Pour la dernière matinée de train, nous nous réveillons au milieu des collines et des pâturages de la Nouvelle-Galles-du-Sud, encore un changement de décor. Pour le coup, le voyage est loin d’être tranquille, il n’y a que des virages.

Malheureusement, le tronçon normal est en travaux, nous passons donc plus au sud (2h de plus) et nous ne passons pas par les Blues Mountains, dommage…

C’est notre dernière matinée, nous arrivons à Sydney vers 13h. Pas le temps de visiter j’ai un avion pour la Nouvelle-Zélande à attraper. C’est fini pour l’Australie, enfin pour le moment, j’y retourne pour le Nouvel An.

J’ai adoré ces voyages en train, il y a un côté très relaxant à voyager en train, on prend le temps de vivre et d’apprécier le paysage. C’est aussi intéressant de rencontrer tous ces gens qui sont décontractés. Je crois que je me suis découvert une passion pour les voyages en train. Malgré le temps passé en train, je ne me suis jamais ennuyé, je n’ai même pas eu le temps de faire tout ce que j’avais prévu.

Pour voir d’autres photos, c’est par ici.