Dans les prochains jours, nous allons manger, vivre, boire, dormir Inca : nous allons devenir « Inca llable » sur les Incas et les Incapables!!! (les conquistadors).
Mercredi 18 juillet, le matin visite de Cuzco, le bus nous emmène sur les hauteurs de Cuzco. Au temps des incas, la ville avait la forme d’un puma avec pour tête le site de Sacsayhuamán. Ce site avait une fonction religieuse et astronomique. Ces murs géants sont étagés sur 3 terrasses en formes de zigzags et il est difficile de comprendre comment les pierres énormes qui les composent peuvent s’imbriquer aussi parfaitement les unes dans les autres. À l’époque des conquistadors beaucoup de pierres du site furent utilisées pour construire les monuments de la ville.

Ensuite direction Tambo Machay, un ancien lieu de repos de l’inca et un relais sur le chemin de l’inca. Puis à quelques minutes se trouve Puca Pucará, les ruines d’une ancienne tour de guet.

Enfin nous terminons par visiter Qenko (labyrinthe) , lieu de momification et de sacrifice du lama, mais qui a été beaucoup détruit par les espagnols qui s’efforçaient d’éliminer toute forme d’idolâtrie Inca.

Nous en avons fini avec les ruines incas environnantes, nous reprenons donc le bus pour rejoindre le centre de Cuzco, de là, nous visitons le couvent Santo Domingo, la Plaza de Armas et la Cathédrale.
Le couvent Santo Domingo fut construit dès 1534 par les dominicains sur le lieu de culte inca le plus important de la ville, le « temple du soleil » ou Koricancha. Édifié par Pachacútec, ce temple était l’endroit où les incas vénéraient leurs principaux dieux. Son architecture de style inca impérial implique un travail d’ajustement des pierres particulièrement soigné pour y laisser passer la lumière à des moments cruciaux de l’année, le solstice d’hiver (21 juin).

Nous finissons la matinée par la Plaza de Armas et la Cathédrale. Imposant monument de style baroque, la cathédrale demeure encore le principal centre religieux catholique de la ville de Cuzco. Elle fut édifié sur les soubassements de l’ancien palais de l’Inca. La cathédrale renferme plus de 350 tableaux, créés par des artistes locaux, les tableaux ont une référence incas: un serpent, une croix andine…, c’est le syncrétisme.

La visite de Cuzco avec notre guide se termine là, nous nous dirigeons vers des restaurants que nous avons repérés en route, typiquement locaux, nous y mangeons un chicharrones.
L’après-midi, c’est libre, le groupe se sépare, pour ma part je déambule de place en place tout en magasinant. Parfois je rencontre les autres ou des spectacles de rues.

Le soir, petite crise, nous avons besoin de nourriture occidentale, donc italien, pizza pour une bonne partie d’entre nous.
Jeudi 19 juillet, grâce mat!!! Nous partons à 10h, direction le village de Chinchero, connu sous le nom de village de « l’arc-en-ciel ».
Nous arrivons en fin de matinée dans la famille qui nous loge, nous déjeunons chez eux.
L’après-midi nous partons à pied pour le site inca de la ville. L’église coloniale est construite sur l’ancien temple inca. Il reste d’intéressant vestiges de murs incas et de belles terrasses à flanc de montagne. Sur les terrasses du haut nous découvrons quelques femmes qui épluchent les chuños (pommes de terre déshydratés).

Nous commençons alors une balade le long des terrasses qui nous amène en contre-bas sur un des chemins incas.

De retour dans la famille qui nous loge, nous avons le droit à une explication des méthodes ancestrales de tissage et de teinte.

Au programme de ce vendredi 20 juillet, Moray et Maras. Après environ 40 minutes de bus, nous traversons Maras afin de nous rendre à Moray : un site incas perdu au milieu de nulle part à l’allure d’amphithéâtre. En fait, c’est un site d’agriculture expérimentale. Sur un dénivelé d’environ 80m, on trouve une multitude de terrasses servant principalement à la culture de pomme de terre. Nous descendons au fond grâce à des marchés irrégulière, la remontée est d’ailleurs bien physique.

De là, nous partons pour une balade d’1h30 afin de rejoindre Maras où nous mangeons.

À la fin du repas, nous nous essayons à la musique péruvienne avec notre hôte.

L’après-midi, reprise de la randonnée, 2h30 de descente (-600m de dénivelé) afin de rejoindre la Vallée sacrée. Entre-deux nous visitons les salines de Maras. Ce sont environ 4000 bassins faits d’argiles et alimentés par une source d’eau qui se charge de sel en passant dans la montagne.

Nous récupérons le bus afin de nous rendre à Urubamba. Nous profitons d’ailleurs de la soirée tranquille pour aller boire un verre de Pisco sour sur la Plaza de Armas. Et nous avons encore un anniversaire à fêter, celui de Maria- Luce.

Samedi 21 juillet, nous prenons la direction du site archéologique de Pisaq. Belle exemple de l’architecture écologique inca, les ruines de Pisaq s’intègrent à merveille à la montagne sur laquelle elles sont perchées. Cette cité avait pour but de contrôler tous les accès de la Vallée sacrée ce qui contribue à nous offrir une vue magnifique.

La première partie de la cité est composée des intérimaires ( moins d’une semaine) et des journaliers qui s’occupent de l’agriculture. Ensuite il y a les quartiers des nobles puis la partie des religieux. Les nobles et les religieux sont derrières des murs de protections. Sur ce site, on trouve également le cimetière le plus grand de la région (près de 10000 personnes enterrés).

Nous faisons un bon tour du site, environ 2h de marche.

Nous reprenons le bus, afin de faire un tour au marché d’artisanat traditionnel de Pisaq.


Ensuite, direction Ollantaytambo, petit arrêt en route pour manger, dans un jolie jardin, puis reprise de la route et visite du site d’Ollantaytambo.
Ollantaytambo est un charmant village niché à 2800m sur lequel se trouve de magnifiques ruines incas. la construction du site est attribué à Pachacútec mais demeura inachevé du à la conquête espagnole. L’accès aux ruines se fait en escaladant une série de superbes terrasses du haut desquelles on peut jouir d’une vue sensationnelle sur les environs.

Le nom vient du général Ollantay, qui tomba éperdument amoureux de la fille de Pachacútec. L’union fut désapprouvé par l’inca et une guerre de 10 ans éclata, il fallu attendre le règne du fils de Pachacútec pour que l’union soit approuvé. Une fontaine lui est même dédié.

Enfin, nous nous dirigeons vers la gare, afin de rejoindre Aguas Calientes, aussi appelé « Machu Picchu Pueblo ».


– Posted using BlogPress from my iPad