Dans le dernier billet, je vous ai laissé à mon arrivée à Nyaung Shwe, au nord du lac Inle après 3 jours de trek. Cet article sera donc consacré à mes 2 jours passés autour du lac.

Bien sûr après 3 jours de marche, on est un peu fatigué, la première journée est donc assez tranquille, une petite grasse mat, enfin pas si grande, le petit déjeuner se termine à 9h, donc je dois me lever à 8h30. Puis je m’occupe de ma lessive, et oui quand on voyage longtemps il faut prendre un peu de temps pour s’occuper de toutes ces petites choses !!!

Enfin vers 11h, nous décidons avec Marine de partir un peu explorer les environs, ça sera à vélo, il y a un monastère que nous voulons voir, mais il est à 3km de l’hôtel et on n’a pas vraiment envie de marcher pour y aller.

Nous récupérons donc notre vélo et nous voilà parti à travers les abords de Nyaung Shwe, notre premier arrêt sera donc pour le marché, une agréable balade entre les produits pour touristes et les produits locaux.

Puis nous prenons la direction du monastère Shwe Yan Pyay, au nord de la ville, nous longeons un bassin puis nous arrivons devant ce monastère en bois datant de 1907, le monastère est assez jolie quoique nous en avons vu de plus beaux, mais sa particularité se sont ses fenêtres ovales et surtout son déambulatoire dans lequel se trouve des niches avec des centaines de petits bouddhas, nombreux d’entre eux ont d’ailleurs été payé par des occidentaux.

Après cette visite, nous retournons vers la ville, nous faisons quelques emplettes et nous retournons à l’hôtel pour nous reposer. En fin de journée, nous prenons la direction du sud-est, toujours en vélo pour aller profiter du coucher de soleil depuis la terrasse du Red Mountain Estate, un vignoble. Qui l’aurait cru ? On fait du vin en Birmanie. Nous rejoignons Lisa et Vivien pour une dégustation, le vin n’est pas excellent, mais quand même correct. C’est l’occasion aussi de déguster gâteau et crêpe. Une bonne façon de profiter tranquillement du coucher de soleil.

Enfin, nous retournons en ville, il faut organiser la journée du lendemain et manger, ce sera Birman ce soir, mais après les délicieux repas pendant le trek, nous sommes encore une fois déçus par la cuisine birmane, la seule chose que nous avons appréciée du repas était un plat indien!!!

Pour cette deuxième journée au lac Inle, nous décidons de faire une balade sur le lac, c’est un classique. Ça nous coute 20 000 kyats que l’on divise par 4, on ne change pas une équipe qui gagne et je fais cette balade avec Marine, Lisa et Vivien. Par contre pas de chance pour nous, c’est la nouvelle lune, il n’y a donc pas de marché ce jour-là, c’est le cas aussi pour la pleine lune, nous ne pourrons donc pas voir les marchés flottants. Ce n’est pas grave, il y a tellement d’autres choses à voir, ça nous occupera une bonne partie de la journée.

Le lac Inle est le deuxième plus grand lac de Birmanie, il est réputé dans toute la Birmanie pour ses festivals. C’est un lac de faible profondeur, un maximum de 4m à la saison sèche et pas plus de 6m à la saison des pluies. Il se trouve à 884m d’altitude, se qui procure une certaine fraicheur, les Britanniques pendant la colonisation y trouvaient refuge pour échapper à la chaleur écrasante de Yangon.

Ce superbe lac est habité par les Intha, qui signifie « fils du lac »,  ils vivent sur des villages flottants, ils cultivent des jardins flottants et ont une technique de pèche tout à fait particulière : debout à une extrémité de leur pirogue, ils pagaient avec leur jambe enroulée autour de la rame, ce qui leur permet d’avoir les mains libres pour pécher et ça leur permet également de bien distinguer le fond à la recherche de poissons.

Nous partons vers 7h30, il fait un peu frais si tôt le matin, mais l’avantage c’est que l’on est un peu plus tranquille, nous pouvons ainsi admirer la vie qui s’éveille autour du lac avant de rejoindre Ywama. Nos premiers arrêts de la journée seront pour des ateliers : tissage, ombrelle, orfèvrerie… On a même profité de ce dernier arrêt pour ce faire plaisir un joli pendentif en argent.

Puis direction le village d’In Dein, pour y accéder nous empruntons des canaux avec plusieurs écluses qui permettent en saison sèche de maintenir suffisamment d’eau pour permettre la navigation.

Un immense passage couvert permet de rejoindre la pagode Shwe Inn Tain, mais le mieux c’est de sortir de ce passage couvert pour explorer les ruines de stûpas datant du XVIIe siècle. Certains sont mêmes littéralement envahis pas la végétation.

L’heure du déjeuner approchant nous faisons un arrêt dans un restaurant donnant sur les canaux, très touristiques, mais c’est bon, mais encore une fois ce n’est pas birman, plutôt un mélange thaï et chinois.

Nous reprenons notre navigation pour encore 4 arrêts dans l’après-midi, le premier est pour la pagode Phaung-Daw U, c’est la plus vénérée du coin (l’état Shan), elle date du XIIe siècle, mais il y a eu tellement de modifications qu’elle parait être une pagode très moderne. En son centre, on trouve 5 statuettes de bouddhas, mais elles ont tellement été recouvertes de feuilles d’or qu’aujourd’hui elles ne ressemblent plus à Bouddha. Chaque année, en octobre, 4 d’entre elles sont promenées lors de la fête de l’eau des Intha. En 1965, il y eut un naufrage du bateau royal qui les transportait, seulement 4 furent retrouvées au fond de l’eau, on ne retrouva pas la cinquième. Elles furent alors ramenées à la pagode, où l’on découvrit la manquante, revenu, on ne sait comment, depuis elle ne quitte plus la pagode. Je n’ai malheureusement pas de photos correctes des statues, c’est interdit d’approcher pour les femmes.

Ensuite, direction les ateliers de tissage de la soie et du lotus, on apprend ainsi que les articles en lotus sont beaucoup plus chers, le processus de fabrication est beaucoup plus long, il faut environ 20 jours pour extraire suffisamment de fibre pour fabriquer une écharpe, un travail de titan.

C’est l’occasion pour moi d’essayer le thanaka, une sorte de pâte qui protège du soleil. C’est très sec sur la peau. Ça sert également de maquillage, certaines filles font de superbes motifs sur leurs joues.

Nous rejoindrons ensuite les jardins flottants ou kyunpaw, ce sont des algues, recouvertes de boues et de terre et fixées par des bambous. Ce qui rend ces jardins cultivables, on y croise quantité d’habitants qui cultivent ces parcelles, principalement des fleurs, tomates ou courges. Nous avons testé la marche, c’est assez stable finalement.

Enfin pour notre dernier arrêt sur le lac nous rejoignons le monastère Nga Phe Chaung, anciennement appelé monastère des chats sauteurs, ce n’est plus le cas maintenant. Un immense monastère en bois construit sur des pilotis juste à côté des jardins flottants.

Il est ensuite l’heure de rentrer, nous retraversons le lac pour voir une dernière fois les pécheurs du lac.

Arrivé à Nyaung Shwe, il faut alors ne pas trainer, Marine et moi avons un bus à attraper, direction Yangon où l’on se séparera, elle partira vers le Vietnam et moi de nouveau vers la Thaïlande avec un arrêt à Hpa-An.

Encore une fois, merci à :

Marine du blog Ma chouette aventure et

Lisa et Vivien du blog Temples, bouffe et cocotiers

pour quelques photos.

Pour plus de photos, c’est par ici.

 Bons Plans :

  • Manaw Thu Kha Hotel, chambre simple à partir de 18 €, lit en dortoir 12 € et chambre double 27 €, à environ 10 minutes à pieds du centre mais au calme.
  • Faire une dégustation de vin au Red Mountain Estate au moment du coucher du soleil 3000 Kyat, il faut environ 20 minutes de vélo depuis Nyaung Shwe
  • Faire une journée en bateau sur le lac, partir le plus tôt possible. On a payé 20 000 Kyat, soit 5000 par personne.