Comme vous avez surement pu le constater, je ne suis absolument pas à jour dans le blog, donc autant faire un petit saut dans le temps et je reviendrai sur les mois précédents plus tard.

Donc aujourd’hui je vais vous parler de mes 3 jours de treks qui m’ont conduit de Kalaw au lac Inle.

Mais avant ça, parlons un peu du trajet de bus entre Bagan et Kalaw. J’ai décidé de le faire de jours, le bus de nuit part à 19h et arrive vers 2-3h du matin, ce n’est pas terrible comme programme je ferai donc le trajet en journée.

Le bus en lui-même n’est pas trop mal, mais ce sera pour moi une réelle épreuve, entre les bouffées de chaleur, le mal de dos et de ventre, je ne suis pas au mieux de ma forme. Mais nous avons quand même de belles surprises sur la route, nous croisons deux cérémonies qui célèbrent l’entrée au monastère (pour 7 jours) de plusieurs petits garçons. C’est assez impressionnant tous ces gens qui marchent en habits traditionnels en file indienne.

J’arrive à Kalaw en début d’après-midi et je rejoins à mon hôtel Marine, une Française rencontrée en Thaïlande et avec qui j’ai déjà visité Mandalay. De là, nous décidons d’aller nous renseigner pour le trek, après avoir lu beaucoup de récit sur différents blogs, nous nous décidons pour Sam’s Family. On nous propose alors 2 treks, tous les 2 sur 3 jours, mais le premier de 62km et le deuxième de 52km. Je ne suis pas très en forme et c’est le premier trek de Marine donc 52km, ce sera parfait.

Nous passons le reste de l’après-midi à nous balader dans Kalaw. Le soir, nous partons manger dans un restaurant népalais, qui est plutôt pas mal par rapport à tout ce que l’on a pu manger précédemment en Birmanie. Nous apprenons également que 2 autres français se joignent à nous pour le trek.

De retour à l’hôtel, nous préparons nos sacs avant de nous coucher et de profiter d’une dernière nuit de confort. Le lendemain, levé à 6h45, il fait frais. Puis vers 7h15, nous quittons l’hôtel avec toutes nos affaires pour rejoindre le point de départ du trek au restaurant Sam’s Family. Nous y laissons nos gros sacs, nous dormirons chez l’habitant donc pas besoin de se surcharger, mon sac de 22l fera l’affaire.

C’est le moment de découvrir nos compagnons de trek, Lisa et Vivien (2 Grenoblois) qui font un tour de 3 mois en Asie du sud-est (Thaïlande, Birmanie et Cambodge), Marine que j’ai rencontrée en Thaïlande à Koh Tao, elle fait un tour du monde, mais ce n’est que le début, elle a commencé un mois pus tôt et moi, bien sûr si vous me suivez attentivement mon blog, vous savez que j’ai commencé mon tour du monde un an plus tôt et que je suis sur la fin. Et il y a bien sur nos 2 guides, qui sont aussi cuisinier, Dongding et Tuktuk (enfin, c’est ce que nous avons compris!!!). Dongding est un marrant, d’ailleurs il nous à bien faire rire avec sa phrase « cacahuète qui pète », c’est devenu l’expression du trek.

Nous partons le premier jour vers 8h30 pour environ 20km de marche qui nous font traverser la campagne birmane, il y a quelques collines à grimper, mais dans l’ensemble ce n’est pas bien difficile. Nous quittons la ville par le marché, le début se fait au milieu d’une forêt de pin, puis nous croissons des paysans dans leurs champs, des troupeaux de buffles, au fur à mesure la vue se dégage et nous avons de beaux points de vue sur la campagne.

Pour le premier lunch, nous stoppons dans le village de Sharpin, un village Danou, nous sommes accueillis par une adorable famille, le vieux monsieur nous pose quantité de questions dans un anglais très approximatif, mais il parait vraiment intéressé par ce qu’on lui répond puis nous mangeons. Et là, surprises, nous découvrons que la cuisine birmane peut être délicieuse!!!

Il est ensuite l’heure de faire une petite sieste, de toute façon, il fait trop chaud pour marcher.

Puis nous repartons à travers les champs de piments, d’ail, de riz, de thé… et toujours de beaux points de vue. Nous marchons sur une crête, avec les champs d’un côté et la vallée de l’autre. Vers 16h, nous faisons un petit arrêt thé dans la maison de Dongding (notre guide), nous sommes à Linpan dans la communauté Pa Oh. Enfin, un peu avant le coucher de soleil, nous rejoignons notre destination pour la nuit, Kyaut, un autre village de la communauté Pa Oh.

Nous avons juste le temps de faire quelques clichés avant que le soleil ne disparaisse derrière la montagne.

Nous nous installons, le confort est très sommaire, nous avons les « bambous toilet », pour se laver c’est une bassine d’eau et sans intimité, pour dormir, une natte et quelques couvertures, c’est dur pour le dos. Par contre, encore une fois le repas est délicieux, en particulier la salade d’avocat qui est un régal pour les papilles.

Après le repas, nous discutons avec la famille, Dongding fait la traduction, nous montrons quelques photos, puis il est l’heure de se coucher.

La deuxième journée, commence tranquillement, un bon petit déjeuner et nous voilà repartis dans la campagne, nous croisons encore des paysans, une dame qui déterre le gingembre, c’est un boulot très physique, des buffles…

Un peu plus loin, nous croisons un groupe d’enfant qui joue, avec des lance-pierres ils visent des petits tas de boules en terres cuites, ils sont vraiment bons, ils arrivent à faire mouche à plus de 10m parfois. J’ai essayé à 3m et j’ai raté!!! Il y a l’air d’avoir tout un tas de règles pour ce jeu, mais nous n’avons pas tous compris.

Cette journée est un peu plus dure que la veille pour moi, il fait chaud et mon dos me tue, pourtant c’était plus court que la veille, nous ne faisons que 18km aujourd’hui. La pause du midi est parfaite, il commence vraiment à faire chaud, nous sommes à Konehla, un village Danou.

Nous rejoignons, notre destination pour dormir vers 16h30 et comme il y a un petit café, nous profitons pour boire un soda ou même une bière, on l’a bien mérité. Nous commençons d’ailleurs à voir d’autre randonneur, le village de Pattupauk accueille de nombreux randonneurs dans son monastère, mais pour nous ce sera chez l’habitant. Nous sommes agréablement surpris de trouver une table avec des bancs, s’assoir par terre est difficile pour les articulations.

La nuit est froide, et le troisième jour, nous partons plus tôt, le soleil n’est pas encore levé quand nous déjeunons, ce sera donc emmitouflé dans les couvertures que nous le prenons. La journée commence par un peu de montées, puis nous passons par le poste de « frontière », il faut payer l’entrée au lac Inle (12500 kyats) puis nous marchons un peu sur la route, ce n’est pas ce qu’on a fait de mieux, mais c’est comme ça. Nous commençons à voir beaucoup de groupes, apparemment il n’y qu’un seul chemin pour rejoindre le lac. Puis en milieu de matinée, nous commençons la descente vers le lac, que nous ne voyons malheureusement pas il y a de la brume. La descente est difficile, j’ai les jambes qui flanchent, je suis bien contente d’arriver au bout.

Le dernier repas sera dans un restaurant, et tout de suite c’est moins bon, nos cuisiniers étaient vraiment fantastiques on regrette déjà leurs nourritures, nous avons quand même eu le droit à une salade d’avocats concoctés par eux.

Encore une dizaine de minutes de marche et nous empruntons une pirogue qui nous mène en 1h au nord du lac dans la ville de Nyaungshwe, nous quittons nos super guides puis nous mettons en route pour notre hôtel. La marche n’est pas tout à fait fini, il nous faut traverser la ville, notre hôtel est à 1,8km de l’embarcadère, ça parait long, nous qui ne souhaitons qu’une chose : prendre une douche.

En tout cas, c’était un super trek, de beau paysage, pas si difficile quand on est en pleine forme et en très bonne compagnie. Ça vous donne envie de le faire ?

La suite de mes aventures concernera donc, le lac Inle.

Pour plus de photos, c’est par ici.

Les photos dans cet article, ne sont pas toutes les miennes. Merci à :

Marine du blog Ma chouette aventure et

Lisa et Vivien du blog Temples, bouffe et cocotiers