Et voilà, ça fait aujourd’hui un an que je suis rentrée de mon formidable voyage au long cours entre mars 2015 et mai 2016. Je ne sais pas trop comment le nommer, même si sur la carte, ça ressemble à un tour du monde, je n’aime pas vraiment l’appeler tour du monde, même si c’est finalement plus simple… Mais ce n’est pas un tour du monde, si au moins j’avais posé le pied sur tous les continents, mais non je n’ai visité « que » 3 continents si l’on exclut l’Europe, je n’ai fait qu’un petit passage en France.

Mais revenons à mon voyage, tout d’abord quelques chiffres :

  • 125 039 km en avion en 6 jours et 22 heures
  • 49 054 km en 34 jours en véhicule roulant à moteur (bus, voiture, tuk-tuk, scooter…)
  • 8 jours et 17 heures sur des bateaux
  • 249 km à la force des mollets (enfin presque, j’ai une fois utilisé un vélo électrique)
  • 2280 km à pieds
  • et enfin 7 jours et 30 minutes en train pour 10 704 km
  • Sinon j’ai visité 34 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO
  • Je suis passée dans 16 pays, certains pour plusieurs mois d’autres pour un ou plusieurs jours, juste le temps de visiter une ville. Ci-dessous, vous pouvez voir la carte qui récapitule le trajet.

En ce qui concerne mes impressions sur ce voyage, revenons d’abord un peu en arrière, voilà ce que j’écrivais dans le dernier avion qui me ramenait à Montréal, il y a un an :

Et voilà 14 mois de voyage se sont écoulés, je reviens à Montréal des images, des souvenirs, des expériences… pleins la tête. 

J’ai voyager dans 13 pays, mais pas un seul a fond, j’ai encore tellement à voir. 

J’ai eu des coups de cœur, le Japon, des rêves devenus réalité, la Nouvelle-Zélande, mais aussi des déceptions, la Thaïlande.

J’ai rencontré des gens venant des quatre coins du monde aux quatre coins du monde, beaucoup d’Allemands, de Français ? et des Chinois. J’ai retrouvé des amis, de la famille qui habite loin.
J’ai eu beaucoup de moments de joie, mais aussi quelques moments de coup de blues, j’ai vécu le décès de mon grand-père loin de chez moi et sans ma famille. J’ai beaucoup pensé à ma mère qui me manque et avec qui j’aurais aimé discuter de mes voyages.
J’ai fait l’équivalent de 3 fois le tour de la terre en avion et une fois en bus/voiture/scooter/tuk-tuk… Bref tout ce qui a un moteur!!!
J’ai beaucoup marché, comme jamais, je me suis surpassé, j’ai parfois souffert, mais j’ai vu des paysages grandioses et je le referais sans hésiter.
J’ai dormi un peu partout, dans beaucoup d’auberges de jeunesse, des hôtels, des gîtes, des refuges, chez l’habitant, sous la tente, dans un swag, à la belle étoile, dans beaucoup de bus, dans des trains, des avions, des voitures, des aéroports, et même sur le pont d’un bateau…
Je me suis découvert une passion pour le voyage en train, maintenant j’aimerais voyager sur toutes les grandes lignes de trains. Ma bucket list au lieu de diminuer, a augmenté, j’ai des milliers de nouvelles idées de voyages.
J’ai fait des choses que je n’aurais jamais cru faire un jour, saut en parachute, plonger dans une cage pour voir un requin blanc (il ne s’est pas montré, mais c’est flippant quand même), faire un trek de 5 jours, dormir à la belle étoile dans un pays connu pour ses nombreux serpents (pour ceux qui ne me connaissent pas bien, je n’étais même pas capable d’en voir un en photo), monter dans une montgolfière…
J’ai appris des mots dans beaucoup de nouvelles langues, réappris l’espagnol, amélioré mon anglais et je me suis découvert une envie d’apprendre de nouvelles langues.
Bref, il y a 14 mois j’ai pris la meilleure décision de ma vie. Bref j’ai fait un tour du monde.

J’étais à l’époque heureuse de revenir à la maison, de retrouver les amis et la famille un peu plus tard, de retrouver le confort de mon lit, mon placard avec le choix de vêtement, de ne plus avoir à refaire ma valise. Bien sûr, j’étais un peu nostalgique de ses découvertes quotidiennes et un peu anxieuse l’idée de chercher un nouveau travail, mais globalement heureuse de rentrer.

Et puis tout s’est enchainé, 3 semaines après mon retour je suis partie en France, ne sachant pas quel travail j’allais trouver je n’étais pas sur quand j’allais pouvoir aller voir ma famille donc autant y aller avant de trouver un travail. J’en ai profité pour aller quelques jours en Écosse. 

Au retour à Montréal, j’ai eu de la chance de trouver un poste dans mon ancienne entreprise et comme c’était l’été et que la succursale était fermée, je ne reprenais qu’en août. J’avais donc encore un peu plus d’un mois de libre, alors pourquoi ne pas repartir… Voilà comment je me suis retrouvée à faire un roadtrip aux USA (Arizona et Utah). Comme quoi je n’étais pas vraiment rentrée… Puis des amis sont venus me visiter, la rentrée scolaire est arrivée… et nous voilà déjà en novembre et pas le moindre signe de coup de blues du retour. En novembre, j’ai planifié mon voyage pour Noël, des vacances tranquilles en Floride (Key West et Miami). 

Et puis janvier est arrivé et le coup de blues avec… pas très cool cette période, une impression de ne rien faire, de ne pas profiter de la vie. Et bien sur le temps qui n’est pas le meilleur de l’année, les journées qui sont courtes… Tous les ingrédients étaient là pour une petite dépression post-voyage.

Heureusement, fin février j’ai commencé à préparer un nouveau voyage, acheté un billet d’avion, lu des blogs, guides de voyages… et en avril, je suis repartie en roadtrip, le meilleur remède à la dépression, de mon point de vue.

J’aimerais un jour repartir sur une plus longue période, peut-être pas quatorze mois, mais quelques mois. J’ai aimé avoir le temps de visiter et de ne pas toujours être pressé pour en voir le maximum en quelques jours. Mais pour le moment je vais me contenter de partir à droite, à gauche pour quelques jours ou 2-3 semaines. Enfin, c’est ce qui est prévu, mais qui sait de quoi la vie est faite…

En attendant, je me replonge dans mon voyage, avec les vidéos, j’ai d’ailleurs monté il y a quelques jours la vidéo résumant mon voyage que vous pouvez trouver ici. Et depuis octobre, je m’attèle à faire des carnets de voyage en format livre pour mes grands-mères (un peu pour moi aussi) qui n’ont pas pu profiter de mes récits sur mon blog ou les réseaux sociaux. Un long travail, la première partie sur l’Amérique latine était prête pour Noël, j’espère finir le 2ème tome pour cet été, mais ce n’est pas gagné pour le moment.